S’expatrier en Thailande sans préparation : Elo l’a fait ! | Expat’Interview #6

portrait ELO

Salut Elo ! Alors dis-nous en un peu plus sur toi : où es-tu expatriée et depuis quand ?

Je suis expatriée à Bangkok en Thaïlande, depuis déjà 2 ans !

Et tu fais quoi là-bas ?

Je travaille en tant qu’Ingénieur packaging, en tant que responsable de recherche, dans une entreprise thailandaise basée sur Bangkok.

Est-ce-que tu es expatriée en solo ?

Maintenant oui. Initialement, j’y suis allée pour suivre pour mon ex-copain, mais la vie thaïlandaise m’a convaincue de rester !

Dis m’en un peu plus sur ton chemin de vie. Comment ça se fait que tu es maintenant expat ?

Je dirais que c’est un peu du hasard. Je n’avais pas pour ambition de vivre à l’étranger. Il y a 2 ans, mon ex-copain a eu une opportunité de poste sur Bangkok et comme mon emploi de l’époque ne me convenait pas, j’ai décidé de démissionner pour le suivre. J’ai eu une superbe opportunité d’obtenir un poste équivalent en moins de 3 mois.

Et, peu de temps après, je me suis retrouvée célibataire, mais comme je débutais un travail, je me suis donné au moins une année sur ce poste avant de revenir en France… Et puis j’ai découvert une superbe vie sur Bangkok, en créant de jolies amitiés, en profitant de la vie nocturne de Bangkok, en voyageant beaucoup, et en gardant le soleil toute l’année. Alors pourquoi revenir en France ?

Ah oui, donc tu n’avais pas spécialement envisagé la vie d’expatrié avant ça… Quelle a été ta motivation première alors ?

C’est compliqué à dire… l’amour m’a fait venir, mais ma passion du voyage et la jolie vie que l’on peut s’offrir en Thaïlande (en tant qu’expat) m’ont fait rester plus longtemps que prévu !

Quel a été le point de non-retour, après lequel tu as su que tu partirais ?

Je dirais qu’il y a eu plusieurs points de non-retour :
1/ le départ sur Bangkok : une grosse déception pro (et perso), qui m’a motivée à démissionner.
2/ lorsque j’ai su que j’allais rester : j’ai reçu une jolie proposition d’emploi pour revenir en France au bout d’un an… mais je n’ai pas mis longtemps à me rendre compte que je n’étais pas prête à ‘revenir à la vie normale’ et à quitter cette vie ‘hors-norme’ ! 😀

Tu dirais que tu as ressenti quoi à ce moment-là ?

Tout est enfin devenu plus clair pour moi.

Qu’est-ce-qui t’a fait choisir cet endroit dans le monde en particulier ?

Je n’ai pas vraiment eu le choix: mon ex-copain a eu une opportunité en interne pour un poste sur Bangkok. Et, honnêtement, j’ai fait un tour d’Asie en mode backpack il y a 4 ans… et la Thaïlande était de loin le pays que j’avais le moins apprécié, très certainement à cause du coté ultra touristique. Mais pour y vivre, je pense que Bangkok est l’un des meilleurs choix en Asie:
– une ville internationale, donc c’est pratique pour continuer d’avoir des amis européens, voire français en cas de manque;
– une superbe ville pour faire la fête;
– c’est tellement plus simple de voyager en Thaïlande lorsque l’on parle un peu la langue locale;
– le faible coût de la vie;
– les accès faciles à de nombreuses plages paradisiaques !
– de même pour les parcs naturels;
– l’absence d’hiver;
– et on se régale avec les plats thaïlandais !

Tu parles combien de langues ?

1/ Français de langue maternelle
2/ Anglais, développé depuis que je vis sur Bangkok
3/ Espagnol, d’un niveau basique
4/ Thailandais, que j’essaie d’améliorer au quotidien!

Du coup tu connais les langues officielles du pays dans lequel tu es expatriée, en quoi ça t’a aidée dans ton expatriation selon toi ?

C’est plus simple pour le quotidien d’avoir un niveau basique de thaïlandais : plus simple pour faire des courses ou parler au taxi, et également pour s’intégrer au travail. C’est aussi très pratique lorsque l’on voyage dans des lieux moins touristiques.

Est-ce-que tu conseillerais d’apprendre la langue avant de venir ?

Oui

Quelles ont été les difficultés que tu as rencontrées en Thaïlande jusqu’à maintenant ?

Tout d’abord, me faire des amis, et trouver un cocon dans cette nouvelle ville ! Puis, l’intégration avec les thaïlandais n’est pas facile, cela étant dû à une différence culturelle.

Quelle a été la partie la plus difficile de ton expatriation ?

Le manque des amis et de la famille en France 🙂 !

Qu’est-ce-que tu aurais fait différemment pendant ta préparation à l’expatriation ?

Mon départ en Thaïlande n’était pas du tout préparé… Et j’ai survécu 🙂 ! Je conseillerais simplement de commencer à chercher un emploi avant le départ, et de se renseigner sur les quartiers.

Qu’est-ce-que tu aurais fait différemment à ton arrivée sur place ?

Je ne suis pas une pro de l’anticipation… je ne pense pas que j’aurais mieux fait différemment. Au final, c’était un peu de découvertes au quotidien !

Où as-tu trouvé le plus d’infos et les meilleures infos sur la Thaïlande ?

Sur les blogs !

Le jour où tu es arrivée, est-ce-que tu t’es sentie perdue ?

Pas spécialement, mais c’est toujours plus simple lorsque l’on arrive dans une ville à deux!

Est-ce-que tu as réussi à te faire facilement des amis ?

Oui, j’en ai plein !

Est-ce-que ce sont plutôt des locaux ou des expatriés comme toi ?

Plutôt des expatriés.

Est-ce-que tu dirais qu’il est facile de se fondre dans la masse en tant qu’expat en Thaïlande ?

Non. Je travaille dans une entreprise thaïlandaise, en étant une des seules blanches. Donc dès que l’on fait quelque chose qui “sort de l’ordinaire”… qu’est-ce que ça gossipe ! 🙂

Quels conseils tu donnerais à quiconque voudrait venir vivre en tant qu’expatrié là où tu es ?

Rester ouvert d’esprit, et toujours être respectueux.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la nourriture ?

Oh oui, la nourriture thaïlandaise est épicée! Il faut un peu se ‘forcer’ au début, mais le corps s’habitue naturellement assez rapidement!

Est-ce-que tu as dû t’ajuster aux gens ?

Oh oui, surtout dans le monde du travail : être toujours souriant, ne pas être trop direct, ne pas placer un mot plus haut que l’autre, toujours respecter les ‘anciens’…

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la législation ?

Pas forcément, il faut simplement être en règle pour le permis de travail.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster au climat ?

Oui, mais c’était facile ! Le climat est chaud toute l’année, il faut s’habituer à suer 😀 ! Le plus ‘compliqué’ est la saison de mousson, où l’eau peut facilement arriver jusqu’au mollets !

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à l’habillement ?

Un peu dans le monde du travail… en oubliant les jeans, en me couvrant les épaules, et en m’habillant de manière plus formelle.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster aux coutumes ?

Non.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon de vivre ?

Je prends bien plus de snacks qu’en France… Sinon ça n’a pas trop changé 🙂 !

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon de travailler ?

Etre moins directe, et bien plus courtoise, ce qui n’est pas plus mal 😉 !

Le mot de la fin ? 🙂

Si on attend le bon moment pour devenir expat… on peut attendre longtemps. Alors foncez !


C’est avec un immense plaisir que je vous livre aujourd’hui l’interview d’Elo : cette fille est géniale, et je la trouve hyper inspirante et drôle ! A elle toute seule et en seulement deux ans elle a réussi à faire ce que des milliers ne parviennent pas à accomplir durant leur vie entière : construire sa vie à l’étranger ! Elle raconte ça sur son blog alors n’hésitez pas à aller voir et vous abonner 😀

Son blog : EloditHello

Son Facebook : lectourebangkok

Son compte Instagram : @elodithello.blog


Si toi aussi tu es expat’ ou que tu l’as été, participe à mon projet et raconte ton histoire en remplissant le questionnaire qui se trouve sur cet article pour avoir l’opportunité d’être publié sur mon blog !

Advertisements

Construire sa vie au Japon : l’histoire d’Eva | Expat’Interview #5

eva portrait

Bonjour Eva ! Alors toi tu es expatriée depuis longtemps n’est-ce-pas ?

Oui, ça fait déjà 7 ans que je vis au Japon, depuis mai 2011 ! J’habite maintenant à Nishinomiya (西宮市), entre Kobe (神戸市), capitale de la préfecture de Hyōgo, et Osaka (大阪市).

carte

Peux-tu m’en dire un peu plus sur toi et la raison de ton expatriation ?

Je suis partie par amour : j’ai juste suivi celui qui est devenu mon mari pour rester avec lui. Nous sommes depuis devenus parents. Mon mari voulait rester habiter près de sa famille car il bosse dans la boîte familiale.

Quel a été le point de non-retour ?

Quand mon mari m’a fait sa demande en mariage vers le milieu de mon visa Vacances-Travail.

Waouh ! Et qu’as-tu ressenti à ce moment, sachant que tu ferais ta vie au Japon ?

Un mélange d’excitation et d’appréhension !

Où as-tu trouvé le plus d’infos et les meilleures infos sur le Japon ?

Je n’ai même pas cherché, j’ai suivi mon mari.

Le jour où tu es arrivée, est-ce-que tu t’es sentie perdue ?

Culturellement oui, car au début j’ai cohabité 6 mois avec mes beaux-parents…

Quelles langues parles-tu ?

Français, anglais, espagnol, japonais (portugais je le comprends, mais n’arrive plus à le parler).

Penses-tu qu’il soit nécessaire d’apprendre le japonais avant de s’expatrier au Japon ?

Oui tout à fait.

C’est vraiment nécessaire ?

Oui pour à peu près tout : trouver un boulot, se faire des amis, et pour le quotidien de manière générale.

Est-ce-que tu as réussi à te faire facilement des amis ?

J’ai mis du temps, les amitiés japonaises sont particulières.

Ce sont plutôt des locaux ou des expatriés du coup ?

Les deux.

Est-ce-que tu dirais qu’il est facile de se fondre dans la masse au Japon ?

Non, ce n’est pas évident. Etant européenne, je ne passe pas inaperçue dans la foule…

Quelle a été la partie la plus difficile de ton expatriation ?

Les 6 mois de cohabitation avec mes beaux-parents quand je suis arrivée avec mon visa Vacances-Travail.

Quels conseils tu donnerais à quiconque voudrait venir vivre en tant qu’expatrié là où tu es ?

Apprendre la langue, les coutumes en premier. Si on vient par amour, habiter avec la personne dans son pays plusieurs mois avant de passer le pas du mariage car souvent les gens n’ont pas le même comportement à l’étranger que dans leur pays surtout quand les cultures et mentalités sont si différentes. Cela évitera bien des désagréments et les complications si un enfant se trouve au milieu.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la nourriture ?

Oui sans problème.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster aux gens ?

Oui, on va dire que je fais ce qu’il faut en leur présence, mais chez moi je fais à la française.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster au climat ?

Non, je ne supporte toujours pas l’été japonais. Trop chaud, trop lourd, trop humide, trop long. Le haut taux d’humidité empire toutes ces sensations, chaque été est un calvaire pour moi au point de faire des malaises.

Ah oui je vois… je sais ce que c’est, j’y étais cet été pendant la canicule ! Et du coup, est-ce-que tu as dû t’ajuster à l’habillement ?

J’ai gardé mon style vestimentaire simple et classique, mais j’ose mettre davantage de robes et de jupes car ici les femmes ne sont pas jugées et portent du très court.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster aux coutumes ?

Oui pour certaines choses que je connaissais déjà, j’ai mis du temps pour d’autres et il y en a d’autres auxquelles je ne m’habituerai jamais ou n’en ai pas envie.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon de vivre ?

Oui, il le faut sinon on ne peut pas vivre ici.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon de travailler ?

Ne travaillant pas dans une entreprise japonaise, j’échappe au stress et tout ce que cela englobe.

Le mot de la fin ?

Vivre au Japon et y venir pour des vacances c’est très différent, mais c’est un beau pays qui vaut le coup d’être visiter pour son dépaysement total. En temps que touriste, sans pour autant parler japonais, on s’y sent bien et on peut y passer un très agréable séjour.


Eva partage très régulièrement son quotidien d’expatriée française au Japon sur mon blog ! Mais je la laisse présenter elle-même son blog :

« Eva, alsacienne expatriée au pays du soleil levant depuis 6 ans. Épouse de japonais, maman d’un petit garçon et professeur de FLE à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. Je publie un nouvel article tous les 10, 20 et 30 de chaque mois. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions ! »

N’hésitez surtout pas à aller faire un tour sur son blog et vous abonner !

Son blog : Frenchy Nippon

Son compte Instagram : @frenchynipp0n

Sa page Facebook : Quotidien d’une expatriée au Japon

Son compte Twitter : @frenchynippon


Si toi aussi tu es expat’ ou que tu l’as été, participe à mon projet et raconte ton histoire en remplissant le questionnaire qui se trouve sur cet article pour avoir l’opportunité d’être publié(e) sur mon blog !


*FLE : Français Langue Etrangère

**© Photos : Eva, FrenchyNippon.

Sláinte ! L’Irlande avec Clotilde | Expat’Interview #2

Carte ID

Bonjour Clotilde ! Alors toi tu as été expat’ à Dublin en Irlande c’est bien ça ? 🙂

Oui ! Pendant 2 ans, de 2011 à 2013.

Pourquoi y étais-tu ?

Après le bac, je suis partie en Irlande dans le cadre d’un double-diplôme en droit français et droit de common law.

Ah oui ! ça n’a pas du être facile ! Quelle a été ta motivation première ?

Je ne voulais pas aller à la fac à Paris.

Et le moment où tu as su que tu partirais ?

J’ai su que je partais quand mon dossier a été accepté.

Qu’as-tu ressenti à ce moment-là ?

Un mélange d’excitation et d’appréhension.

Qu’est-ce-qui t’a fait choisir l’Irlande ?

C’était le seul pays partenaire avec ma fac française qui permettait de faire un double diplôme en anglais à l’époque. Et j’aime bien les moutons.

Quelles langues tu parles ?

Je parle le français et l’anglais. Je baragouine l’italien. J’arrive à comprendre quelques mots de suédois et je reconnais quelques mots écrits en gaélique.

Du coup, tu connaissais la langue officielle de l’Irlande.

En fait, les deux langues officielles sont l’anglais et le gaélique. J’avais déjà un bon niveau en anglais quand je suis partie. A Dublin, le gaélique fait surtout joli sur les panneaux, donc ça ne m’a pas posé de problème. Ça n’aurait pas été pareil dans tous les comtés d’Irlande ceci dit.

D’accord. Et au sujet de l’anglais, en quoi cela t’a aidée dans ton expatriation de bien le connaître ?

Pour tout franchement. Trouver un logement, me faire des amis, comprendre les cours…

Donc tu conseillerais de bien connaître la langue avant de partir ?

Oui.

Quelle a été la partie la plus difficile de ton expatriation ?

Étrangement ça n’a pas été de me retrouver dans un autre pays, mais de me retrouver seule pour la première fois.

Qu’est-ce-que tu aurais fait différemment pendant ta préparation à l’expatriation ?

J’aurais appris à me faire à manger. Et j’aurais repéré le trajet qui mène de l’aéroport à l’université, je ne me serais pas contenté de prendre l’adresse de celle-ci en pensant que le GPS m’y mènerait sans problème.

Qu’est-ce-que tu aurais fait différemment à ton arrivée sur place ?

Je n’ai pas grand-chose à redire sur mon arrivée sur place. Ça s’est plutôt bien passé.

Où as-tu trouvé le plus d’infos et les meilleures infos sur l’Irlande et Dublin ?

Je me suis basée sur le site internet de mon université et des guides touristiques. J’avais aussi un contact avec une irlandaise qui vivait à Dublin et qui a répondu à mes questions sur la ville.

Le jour où tu es arrivée, est-ce-que tu t’es sentie perdue ?

Au sens littéral. On a eu du mal à trouver la fac ; une fois trouvée, à se repérer sur le campus ; et le soir on s’est perdus dans la ville.

Est-ce-que tu as réussi à te faire facilement des amis ?

Oui, j’en ai plein !

Est-ce-que ce sont plutôt des locaux ou des expatriés comme toi ?

Les deux !

Est-ce-que tu dirais qu’il est facile de se fondre dans la masse en Irlande ?

Oui

Quels conseils donnerais-tu à quiconque voudrait venir vivre en Irlande ?

Ne prenez pas de parapluie, ça ne sert à rien il y a trop de vent. Ils ne rendent pas la monnaie dans les transports en commun donc prenez beaucoup de petite monnaie ou achetez une carte de transport ou mieux encore achetez un vélo. Dublin a beaucoup de pistes cyclables et ça vous évite le passage obligatoire par le centre-ville que font toutes les lignes de bus si vous ne voulez pas y aller.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la nourriture ?

J’ai dû m’ajuster à me faire de la nourriture. Du coup je cuisinais ce que je connaissais, donc pas trop local.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster aux gens ?

Les étudiants irlandais s’habillent étrangement mais sinon il n’y a pas eu trop d’ajustement nécessaire.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la législation ?

Certaines choses me paraissaient banales en France et n’existaient pas en Irlande. Mais c’était plus une adaptation intellectuelle qu’administrative. Je n’ai eu besoin d’accomplir aucune démarche particulière en arrivant sur place.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster au climat ?

Pour les irlandais, au-delà de 25°C c’est la canicule. Il n’y a que deux saisons là-bas (le printemps et l’automne), et elles ont lieu plusieurs fois par jour. Il y a toujours du vent. Il ne fait pas trop froid en hiver.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à l’habillement ?

J’ai adopté une écharpe pour couper le vent.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster aux coutumes ?

Les coutumes sont assez similaires à celles de la France.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon de vivre ?

Pareil, la façon de vivre est assez similaire.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon d’enseigner ?

Je n’avais pas été à la fac avant alors j’ai dû m’ajuster comme j’aurais dû m’ajuster si j’étais restée en France.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à quoi que ce soit d’autre ?

Pas que je me souvienne.

Est-ce que ton retour a été difficile ?

Oui, je ne voulais pas rentrer. L’Irlande m’a beaucoup manquée.

Est-ce que tu penses déjà à repartir ? Dans quelles conditions ?

Je pense repartir mais seulement pour les vacances, pas à long terme. Pas tout de suite en tout cas. Peut-être un jour si j’en ai la possibilité professionnellement parlant.

Si tu penses déjà à repartir, que feras-tu différemment ?

J’ai été exemplaire. A part sur le coup du repérage du trajet à l’aller ^^.

Et maintenant, que fais-tu dans la vie ?

Je protège le faible, la veuve et l’orphelin (en bas de l’échelle hiérarchique).

Un dernier mot (Jean-Pierre) ? 🙂

Sláinte!*

Je te remercie de tes réponses sincères et pleines d’esprit ! J’espère que nos lecteurs auront autant de plaisir à te lire !


Clotilde vient de créer un blog, sur lequel elle parle de sa nouvelle vie en Pays de la Loire, plus précisément à Pornic, où elle fait des tas de balades à vélo et les raconte (en y ajoutant quelques mots d’esprit et impressions) au travers de ses articles !

Le Blog de Clotilde: Pornic à vélo


Si toi aussi tu es expat’ ou que tu l’as été, participe à mon projet et raconte ton histoire en remplissant le questionnaire qui se trouve sur cet article pour avoir l’opportunité d’être publié(e) sur mon blog !


*Slàinte! : “santé !” en gaélique.

Moving To Singapore For Love: Brianna’s Story | Expat’ Interview #1

BRIANNA

Hey Brianna, thank you for joining me on this adventure! Can you tell me a bit more about yourself and about your expatriation in Singapore? What was your motivation to go?

Well, I’ve always wanted to start my own business and I fell in love with a New Zealander working as an expat in Singapore. So I’ve expatriated myself to be with my loved one, and I wanted to experience something new!

What was the turning point for you?

When he asked me and I lost my job in the US. It gave me no excuse and I had nothing to lose.

How did it felt then?

Exciting!

How long have you been there?

It has been 2 years.

What made you choose this place in the world in particular, besides the fact that your boyfriend was living there?

Singapore is modern, there are lots of opportunities for traveling, and so many other expats who are new and in a similar position as me.

How many languages do you speak?

I speak two languages, Polish and English.

As an English speaker, you already knew the official language of Singapore (one of them actually). How did it help? Do you recommend learning it beforehand?

It helped with making friends, and just daily life in general. If you don’t speak English, you don’t particularly have to learn it beforehand.

Did you encounter any difficulties?

Yes, getting a job and finding a place were a difficult part, and also making friends: in fact I still struggle to make friends, and the ones I have are mostly other expats, not locals.

What do you think is the reason for that?

Singapore is not an easy place to blend in as an expat’: there are just too many different cultures with not a lot in common and people tend to stay to themselves.

I see what you mean. Having said that, what do you think was the most difficult part of your expatriation?

Keeping myself busy and dealing with loneliness.

Looking back on it now, what would you have done differently upon your arrival there?

Explore more instead of sitting at home feeling homesick.

And what would you have done differently during your preparation?

I would have spent more time saying goodbye to my family and favorite places.

On your day of arrival there, did you really feel lost? How so?

Yes. I thought, ‘what now?

Where did you get the most/best information about the place of your expatriation?

My boyfriend and meeting other expats giving me advice.

What advice would you give to anyone looking to come live as an expat’ in Singapore?

Go out and make friends.

Duly noted! Now, about the adjustments you needed to make during your expatriation: how about the food there?

Yes it needed adjusting. Most things were spicy and Asian food. Coming from the US, there aren’t too many options for western food.

Did you need an adjustment to the people? How so?

Yes. I wasn’t used to the big city rudeness and I have a hard time walking through large crowds of people.

Did you need an adjustment to the legislation?

No, not really.

Even though the Singaporean legislation is one of the most restrictive in the world?

I guess I found some laws quite strange and bizarre and sometimes I think the government is a bit too strict with ridiculous things such as the ban of chewing gum, not being fair about same sex marriage laws, etc. But none of the laws here have affected my daily living lifestyle so I don’t mind and I am respectful of the country’s legislation. Although I believe strongly in better rights for the lgbt community here.

Did you need an adjustment to the climate? How so?

Yes. It’s so humid and hot year round. I miss seasons.

Did you need an adjustment to clothing? How so?

It’s so hot and I only wear clothes that I can sweat in. I don’t put as much effort into fashion, hair, and makeup like I used to. The hot humidity makes it hard.

Did you need an adjustment to the customs?

A little bit.

How so?

I find the “singlish” slang to be very hard to understand. It’s english, but they throw in a bunch of other words and phrases that I don’t understand as a native English speaker. I’ve also had to deal with hatred just because I am an American. And getting used to the hawker street feed was hard for me at first. But now I love it!

I see. Did you also need an adjustment to the way of living? How so?

Yes. Things here are much more expensive and you spend most of your time indoors.

Did you need an adjustment to the work life? How so?

Yes. This is the first time I am full time working for myself.

Did you need an adjustment to anything else?

Yes, I had to get used to the time difference making it hard to sometimes call family and friends back home.

Your last word? 🙂

Singapore is a fun place to grow and enjoy life in the modern clean city but I wouldn’t stay here forever.

Well thank you so much Brianna! It has been a real pleasure interviewing you!


Brianna de Gaston is a very successful YouTuber and Instagram influencer. She creates great content about her expatriation in Singapore, but also about fashion, lifestyle and traveling! Check out her social media:

Brianna’s YouTube Channel: Brianna in Singapore

Brianna’s Vlogging YouTube Channel: Brianna and James

Brianna’s Instagram Account: @briannainsingapore

Brianna’s Twitter Account: @briannadeg

Brianna’s Blog: http://www.globalfashiongal.com/

Brianna’s Patreon Page: https://www.patreon.com/GlobalFashionGal


If you also want to be involved in my ‘One Goal: Expatriation!’ project and share your thoughts on your expatriation on my blog, please check this post.


*© Photos: Brianna, Brianna in Singapore.

Testimony Call | Appel à témoignages

1280px-Flag_of_the_United_States.svg ONE GOAL: EXPATRIATION! 41NWAuoUChL._SL500_AC_SS350_

Hey everyone!

I’m very happy to tell you I’m currently actively looking for people who would like to answer a questionnaire I’ve created revolving around expatriation, interview-like, all around the world, that I will then publish on this website in my expatriation folder.

What is project “One Goal: Expatriation!” about?

From the interviews I’m conducting, I would like to gather as much material as I can on expatriate life in general, and expatriation in specific countries in particular.

You currently live as an expat’ in Southeast Asia? You recently arrived in Australia, New Zealand or Canada under your first Working Holiday Visa (WHV)? You’re getting ready to expatriate yourself from Europe to the United States or Africa for an internship in the next few months? You HAVE TO answer my questionnaire!

After you’ve answered it, I will contact you by email or WhatsApp to review your answers with you and maybe ask you some more specific and unique questions, according to your situation.

I will then draft the blog post relating your interview, and let you review it to make sure I’ve perfectly re-transcribed everything you wanted to share!

Why Would It Interest Anyone?

Because I’ve already expatriated myself from France to Ireland for 2 years, and am now getting ready to expatriate myself again, this time in Asia, and I cannot find any platform gathering enough valuable information on expatriation, for anywhere in the world for that matter!

Of course you can find practical information, on official governmental websites, and vlogs from expats everywhere on the globe, but not necessarily what matters most to all who wish to expatriate themselves: REAL INSIGHTS.

How does it really feel to live in Sweden? How are Chinese people like? Is living in Singapore that much different from London? Would a British find food s/he likes in Australia? Is it easy to make friends in Colombia? Do black people easily get around in Japan? How hard is it to get a place in France? Do you really need to speak the local language to find a job in Korea?

Your answers would be extremely valuable to others who desperately need insights on the place you currently live in as an expat’ or are getting ready to expatriate yourself to! I can assure you there will be readers from all around the world!

What Would You Get In It?

You mean apart from the fact that you will for sure be helping and educating others? 😉

You will of course be featured on my blog and my social media (unless you want to stay anonymous), as I will link your website and/or your social media right under the re-transcription of your interview and in my tweets!

If this project goes well, my ultimate goal would be to come and interview my collaborators in person (yes, you!), and publish the videos on my YouTube channel, without monetization.

You will then get questions from my readers who will contact you directly if they need more answers about the place you talked about in your interview: it’s a win-win situation.

What Would I Get In It?

Just knowing I’ve created a place on internet where people can find as much information as they want on expatriation would be a big deal to me: I want my readers to be able to get answers to their most profound interrogations, not ready-made answers that don’t tell anything concrete.

If You Have Any More Questions

Contact me at this email address created for the occasion: contact.frenchhat@gmail.com


ANSWER MY INTERVIEW IN ENGLISH

It only takes 30 minutes to complete 🙂


1200px-Flag_of_France.svg UN SEUL BUT : L’EXPATRIATION ! 1200px-Flag_of_France.svg

Salut salut!

Je suis super contente de vous annoncer qu’en ce moment je recherche activement des personnes souhaitant répondre à un questionnaire que j’ai mis en place, sous forme d’interview, centré sur l’expatriation, partout dans le monde, que je publierai ensuite sur ce site web dans mon onglet expatriation.

Le projet “Un seul but : l’expatriation !”, qu’est-ce-que c’est ?

A partir des interviews que je conduis, j’aimerais rassembler autant de contenu que possible sur la vie d’expatrié en général, et l’expatriation dans des pays spécifiques en particulier.

Tu vis actuellement en temps qu’expatrié en Asie du sud-est ? Tu es tout fraichement arrivé en Australie, en Nouvelle-Zélande ou au Canada avec ton premier visa Vacances-Travail ? Tu te prépares à t’expatrier depuis l’Europe aux États-Unis ou l’Afrique pour y faire un stage dans les prochains moins ? Tu DOIS répondre à mon questionnaire !

Une fois que tu y auras répondu, je te contacterai par email ou WhatsApp pour qu’on revoie ensemble tes réponses et que je puisse peut-être compléter l’interview par des questions plus spécifiques et uniques à ta situation.

Ensuite je ferai le brouillon de l’article de blog qui retranscrira ton interview, je te le ferai relire pour être sûre que j’ai parfaitement retranscrit tout ce que tu voulais partager !

En quoi ça intéresserait les gens ?

Parce que je me suis déjà expatriée depuis la France pour l’Irlande durant 2 ans, et me prépare en ce moment à m’expatrier à nouveau, cette fois-ci en Asia, et que je ne trouve aucune plateforme rassemblant assez d’information intéressantes sur l’expatriation, pour n’importe où dans le monde d’ailleurs !

Bien sûr qu’on trouve des informations pratiques, sur les sites gouvernementaux, et des vlogs d’expatriés partout dans le monde, mais pas forcément ce qui importe le plus pour tous ceux qui souhaitent s’expatrier : UNE VRAIE IDEE.

Comment c’est vraiment de vivre en Suède ? Comment sont les chinois ? Est-ce que vivre à Singapour est vraiment différent de la vie londonienne ? Est-ce qu’un(e) britannique trouvera de la nourriture à son goût en Australie ? Est-ce que c’est facile de se faire des amis en Colombie ? Est-ce que c’est facile pour les personnes de couleur au Japon ? A quel point est-ce difficile de trouver un appart’ en France ? Est-ce qu’on a vraiment besoin de parler coréen pour trouver un boulot en Corée ?

Tes réponses seraient extrêmement précieuses pour d’autres qui sont désespérément à la recherche d’une vision depuis l’intérieur de personnes déjà expatriées ou bien se préparant à le devenir ! Je peux t’assurer qu’on aura des lecteurs de partout dans le monde !

Qu’est-ce que tu en tirerais ?

Tu veux dire au-delà du fait que tu aiderais les autres et que tu les informerais ? 😉

Tu seras bien évidemment cité sur mon blog et mes réseaux sociaux (sauf si tu veux rester anonyme), puisque je mettrai un lien vers ton site et/ou tes réseaux sociaux juste en-dessous de la retranscription de ton interview et dans mes tweets !

Si ce projet prend de l’ampleur, mon but ultime serait de venir interviewer en personne mes collaborateurs (oui oui, toi !), filmer, et publier tout cela sur ma chaine YouTube, sans monétisation.

Tu auras ensuite des questions provenant de mes lecteurs qui te contacteront directement s’ils ont besoin de plus de réponses à propos de l’endroit dont tu parles dans ton interview : tout le monde est gagnant dans l’histoire.

Qu’est-ce que moi j’en tirerais ?

Le simple fait de savoir que j’aurais créé un endroit sur internet où les gens pourront trouver un maximum d’information sur l’expatriation serait exceptionnel pour moi : je veux que mes lecteurs aient des réponses à leurs plus profondes interrogations, pas des réponses toutes faites qui ne disent rien de concret.

Si tu as encore la moindre question

Contacte-moi à cette adresse e-mail que j’ai créée pour l’occasion : contact.frenchhat@gmail.com


REPONDS A MON QUESTIONNAIRE EN FRANÇAIS !

Il prend seulement 30 minutes à compléter 🙂