Le Montréal de Julie | Expat’Interview #3

carte ID

Bonjour Julie, je te remercie de prendre le temps de répondre à mon interview et de participer à mon projet ! Alors toi tu es une ancienne expatriée c’est bien ça ?

Oui, j’ai été expatriée 2 ans, de 2015 à 2017, à Montréal, au Québec, au Canada.

Pourquoi étais-tu là-bas ?

Après 3 ans dans le tourisme web et des études dans le journalisme je voulais vivre une expérience à l’étranger. Je suis partie grâce à un visa PVT*.

Quelle a été ta motivation première ?

Découvrir une nouvelle culture, vivre une expérience à l’étranger et puis peaufiner mon anglais.

Quel a été le point de non-retour, après lequel tu as su que tu partirais ?

Je dirais que c’était la mentalité française, la non-perspective d’évolution et le salaire dans le milieu professionnel.

Qu’as-tu ressenti à ce moment-là ?

De l’excitation !

Qu’est-ce-qui t’a fait choisir cet endroit dans le monde en particulier ?

On a toujours adoré l’Amérique du Nord et on trouvait que le Canada était le parfait compromis !

Tu parles quoi comme langues ?

Je parle le français et l’anglais.

Du coup, tu connaissais les langues officielles du Canada. En quoi ça t’a aidée dans ton expatriation ?

Pour tout ! Trouver un boulot, trouver un endroit pour vivre, me faire des amis, et simplement pour le quotidien.

Est-ce-que tu conseillerais d’apprendre la langue avant de venir ?

Au Québec on parle autant français qu’anglais.

Quelle ont été les parties les plus difficiles de ton expatriation ?

Peut-être le changement des habitudes alimentaires et le fait d’être loin de la mer, car je viens du sud… ok ok être loin de la famille ce n’est pas si facile non plus.

Qu’est-ce-que tu aurais fait différemment pendant ta préparation à l’expatriation et à ton arrivée sur place ?

J’aurai encore plus voyagé même si j’en ai beaucoup profité. Et puis en arrivant, j’aurais parlé à plus de monde rapidement. Pourtant je suis connue pour être très bavarde, Mais en expatriation il faut faire plus d’efforts c’est normal.

Où as-tu trouvé le plus d’infos sur Montréal et le Québec en général ?

Les pages Facebook Pvtistes à Montréal, Logements à louer…

Le jour où tu es arrivée, est-ce-que tu t’es sentie perdue ?

C’était un souvenir unique, je me souviens de notre arrivée à l’aéroport puis de tous nos premiers moments dans la ville. Je n’étais pas perdue j’avais des étoiles plein les yeux avec mon chéri et notre chat Silver qui faisait partie du voyage !

Est-ce-que tu as réussi à te faire facilement des amis ?

Pas une centaine, mais j’ai de vrais amis sur qui je peux vraiment compter et avec qui j’ai passé deux années extraordinaires et rien que pour ça c’est magique. Je ne dis pas que toutes les rencontres se sont transformées en amitié non plus. Il y a des erreurs de parcours parfois !

Plutôt des locaux ou des expatriés comme toi ?

Plutôt des expatriés. Mais je me suis fait deux amies québécoises vraiment géniales dans le milieu professionnel.

Est-ce-que tu dirais qu’il est facile de se fondre dans la masse à Montréal ?

Oui, aucun souci ! À part si tu veux porter une doudoune Canada Goose et te faire remarquer comme un français râleur.

Quels conseils donnerais-tu à quiconque voudrait venir vivre à Montréal ?

Il faut profiter, s’ouvrir sur beaucoup de choses et ne pas comparer sans arrêt avec la France ça ne sert à rien même si c’est notre référence.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la nourriture ?

Oui, pour nos premières courses par exemple, on avait pris exactement les mêmes ingrédients que lorsqu’on faisait nos courses en France et au vu de la facture finale, on a du adapter notre consommation avec les habitudes canadiennes. Au bout de 2 ans on connaissait toutes les promos par coeur et on arrivait à se faire plaisir avec des fromages, viandes… on consommait moins mais mieux.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster aux gens ?

Oui dans le milieu de travail parfois on est très lisse mais ça cache un peu d’hypocrisie, il faut savoir être positif et aller de l’avant. Pour les rencontres aussi, il faut savoir relativiser, parfois ça colle avec des personnes parfois non, c’est aussi ça l’expatriation.

Est-ce-que tu as du t’ajuster à la législation ?

L’administratif était plutôt facile. Notre seul changement a été de devoir prendre un comptable pour faire faire nos impôts, c’est comme ça là bas.

Est-ce-que tu as du t’ajuster au climat ?

On appréhendait l’hiver et pourtant on a adoré. Et on a été très surpris de la saison estivale ou j’ai eu encore plus chaud que dans ma ville natale Marseille !

A la façon de s’habiller ?

Non, à part les gants de ski, des bons bonnets et des bonnes chaussures. Je n’étais pas habillée en tenue de ski tous les jours.

Aux coutumes ?

J’ai adoré la période d’halloween et l’automne de manière générale, on se sent vraiment en amérique du Nord. Puis toutes les parades et les activités de Noël aussi c’était féerique.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon de vivre ? Dans quel sens ?

Ah oui je m’y suis plutôt bien adaptée. Moi qui vivait avec une voiture à Marseille, j’étais en vélo 6 mois de l’année à Montréal et je ralais beaucoup moins.

Est-ce-que tu as dû t’ajuster à la façon de travailler ? Dans quel sens ?

Oui, surtout faire attention à ne pas faire de vague et rester positif.

Est-ce que ton retour a été difficile ?

Oui les 6 premiers mois, une réelle dépression quand j’y repense avec le recul, j’étais vraiment au fond du gouffre. Je pleurais tous les matins.

Est-ce que du coup tu penses déjà à repartir ?

Au début on souhaitait repartir et on repartira peut-être mais en attendant on a trouvé de nouveaux projets et on a envie d’avancer près de notre famille pour le moment.

Si tu penses déjà à repartir, que feras-tu différemment ?

Je repartirai avec un projet pro et pas sans savoir ou je vais dormir et où je vais travailler. J’organiserai plus le projet on va dire. Mais c’était une première.

Ton dernier mot ? 🙂

Merci pour ces questions ça m’a fait revivre ces 2 magnifiques années d’expatriation. Bravo pour cette initiative Lilly

Je t’en prie Julie, merci à toi d’avoir pris le temps d’y répondre aussi sincèrement !


Julie est une super bloggeuse, super active, qui se décrit elle-même en tant que “Marseillaise survitaminée” ! C’est une véritable joie d’aller lire les articles de son blog, dans lesquels elle parle de tout, et qu’elle illustre de magnifiques photos. Elle a notamment toute une catégorie dédiée à son expatriation au Canada ; je t’invite à aller voir ça !

Son blog : Bird of Passage America

Sa page Facebook : Bird of passage

Son compte Instagram : @birdofpassage___

Son compte Twitter : @birdofpassage_

Son Pinterest : Birdofpassage


Si toi aussi tu es expat’ ou que tu l’as été, participe à mon projet et raconte ton histoire en remplissant le questionnaire qui se trouve sur cet article pour avoir l’opportunité d’être publié sur mon blog !


*PVT : Le PVT est le Programme Vacances Travail (PVT), ou Permis Vacances-Travail, Visa Vacances-Travail (VVT) et Working Holiday Visa (WHV) en anglais. Il recouvre un ensemble de visas temporaires permettant à leurs détenteurs de voyager dans différents pays étrangers tout en y travaillant.

**© Photos : Julie, BirdOfPassage.

Advertisements

Posted by

Hey there! Nice to meet you, my name is Lilly, I'm 25 and I currently live as a french expat' in Singapore. Here on my blog I talk about everything and anything related to travel and expatriation, and also the things I like and anything in between. Don't forget to subscribe to follow my adventures!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s